LA DIGESTION ET L’ AYURVEDA

digestion fr gr

LA DIGESTION ET L’ AYURVEDA

  |   ayurvedique @fr   |   No comment

LA DIGESTION SELON L’AYURVEDA

digestion et ayurveda fr picc

Le feu digestif (agni) est responsable de tous les procès de transformation de la nourriture en substances nourrissantes et matérielles de refus, de son bon fonctionnement il dépend la formation, la nourriture et l’équilibre des dosha(constituants corporels), des dhatu(tissés), des mauvaise (déchets) et des cinq éléments présents dans le corps.L’Ayurveda donne beaucoup d’importance au bon fonctionnement de la digestion par c’est un facteur fondamental pour l’entretien de la bonne santé, la nourriture  peut être de la meilleure qualité aussi et le plus apte, mais s’il n’est pas digéré il peut bien résulter nuisible.

Quand dans les textes ayurvediques anciens il se parle de feu digestif, les auteurs entendaient les fonctions physiologiques qui “cuisent” la nourriture et ils le décomposent pour le préparer à l’assimilation conséquente. L’idée d’agni inclut donc la sécrétion et l’action sur le bol alimentaire de l’acide chlorhydrique, des enzymes intestinales, des acides et des alcalis biliaires. Selon l’Ayurveda , dans le corps, treize types d’agni existent dont le plus important est jatharagni qu’il se trouve dans l’estomac et il digère la nourriture; en sanscrit jathar signifie estomac, agni signifie feu pour lequel jatharagni est le feu de l’estomac. Les autres feux digestifs transforment les substances nourrissantes extraites par la nourriture dans les tissus corporels différents (Dathu), tous les feux présents dans le corps peuvent être entendus comme l’action de types différents d’enzymes digestives.

Une bonne digestion est d’importance vitale pour la santé. Pour jouir il faut en comprendre les propres procès digestifs et manger en base au propre agni, c’est-à-dire en base à la propre capacité digestive. L’alternative est l’indigestion ou la digestion incomplète.
Nous pensons à nos organes de la digestion d’une façon générale seul quand nous avons embarras.  Si on digère complètement la nourriture, cela est absorbé par le corps, et puis employé dans la formation de tissus forts et sains.

La capacité digestive est liée à la force d’agni.  Une indication de mauvaise absorption est les empreinte des dents sur les côtés de la langue.

La digestion corporelle a début dans la bouche. La nourriture stimule les papilles gustatives et les récepteurs olfactifs. Par le cerveau, ces perceptions influencent la quantité et le type de jus digestifs (agni) sécrétions dans l’estomac et dans l’intestin faible. La dissolution de la nourriture commence avec la mastication qui mélange les aliments ingérés avec l’il montait. Une bouchée juteuse favorise telle opération: plus les particules sont petites, et il augmente plus la surface de la nourriture qui permet aux digestifs fluides d’agir sur elles en manière plus efficace.

La première phase de la digestion est liés à kapha et la nourriture mâchée est accompagné au goût doux.
L’estomac mélange la nourriture avec les enzymes digestives (agni), et avec l’acide chlorhydrique, qu’il est apte à brûler le “feu” de la digestion.
À ce point il entre en action jatharagni, qui transforme il était extérieur en quelque chose qui fait partie intégrante de la personne. La durée du séjour de la nourriture dans l’estomac dépend de chaque individu de la nature et de la quantité de nourriture ingérée.
Dans les intestins, la bile et les autres enzymes de la digestion(agni) continuent le procès, en transformant la nourriture et en le préparant pour l’absorption. Si l’absorption  est endommagée ils n’obtiennent pas de la nourriture toutes les substances nutritives ou le complémentaires.
La digestion dans l’estomac et dans l’intestin est associée au pitta et aux goûts âpres et salés.
Le côlon continue le procès d’absorption, en particulier de l’eau et d’autres minéraux. Selon l’Ayurveda, le côlon leur absorbe prana, la force vitale, qu’il tire du souffle et de la nourriture. Le prana tiré par la nourriture fournit au corps  une escorte  de cette importante énergie vitale(prana). Si on mange nourritures avec du prana insuffisant, par exemple alimentes vieux ou trop traités, ou si la capacité du côlon d’absorber prana a subi dommages, exemple à cause de flatulence ou aux canaux embouteillés, la vitalité pourrait descendre et provoquer un sens de fatigue par conséquence.
Les phases finales de la digestion sont associées au vata et aux goûts amer et astringent.
L’élimination régulière et complète des je fis il fait la dernière partie du procès digestif et il prépare l’organisme aux autres réserves de substances nutritives.

Source : AumShanti

No Comments

Post A Comment