LES DOSHAS ET L’ALIMENTATION SELON L’AYURVEDA EN HIVER

Bridge over a pond in the winter, Johannapark, Leipzig, Germany

LES DOSHAS ET L’ALIMENTATION SELON L’AYURVEDA EN HIVER

  |   ayurvedique @fr   |   No comment

DOSHAS

  • Début  d’hiver: accumulation et provocation de kapha
  • Fin d’hiver : provocation de vata

Caractéristiques de l’hiver selon l’ayurveda : froid, plutôt sec (mais parfois humide), lourd, nuageux.

Organes concernés

Le organes kapha vont être plus facilement touchés  en hiver : poumons, estomac, gorge, nez, sinus, pancréas, articulations, plasma, tissus adipeux et muqueuses des différentes organes. Le kapha s’accumule  alors facilement, ce qui nous amène aux principaux maux d’hiver : sentiment de lourdeur, léthargie, peu d’appétit, congestion ( sinus pris), coup de froid, toux, mucus, nausée, migraines, angine, fièvre. Parce que l’hiver est froid et souvent venteux, beaucoup de gens peuvent aussi expérimenter des symptôme de vata s’ils ont déjà un déséquilibre (constipation, douleurs articulaires, douleurs dans les flancs, gaz, gonflement abdominal, souffle court ) surtout en fin d’hiver lorsque le vent fait son retour et que le climat est irrégulier.

Alimentation privilégiée

On va donc opter pour une alimentation pour pacifier kapha et vata : une nourriture nourrissante, chauffante, digeste et hydratante.

Quels goûts privilégier?

Les 6 goûts :

  • Sucré, aigre, salé qui augmentent kapha et diminuent vata.
  • Piquant, amer, astringent qui augmentent vata et diminuent kapha

Il faut donc trouver un équilibre entre ces deux tendances pour incorporer tous ces goûts.

hiver 3

COACHING PAR SAISON :

  • Je mange chaud

Je mange cuit et chaud. Je choisis des aliments avec une action chauffante sur le métabolisme pour booster ma digestion et mon élimination au ralenti. Le but : éviter de compliquer le travail de mon corps qui doit déjà se battre pour conserver ma propre température. J’use des épices carminatives qui augmentent la circulation comme le gingembre, la cannelle, le clou de girofle ou le poivre.

  • Je privilégie de textures plus liquides

le froid et le vent d’hiver dessèchent mon corps, même sans le soleil brûlant. Je m’en rends simplement moins compte. Que faire ? Je cuisine façon soupy en sauce ou en soupe épaisse. Cela permet à la fois d’hydrater mon corps et de satisfaire mon appétit, mais aussi de soutenir la détoxification de l’organisme qui a facilement tendance à accumuler en hiver.

  • J’opte pour des aliments nourrissants de saison

En hiver, la nature ralentit. Il en va de même pour notre corps et notre métabolisme, même si la vie nous laisse rarement ce luxe. Seul notre appétit a tendance à augmenter et il faut donc le canaliser. Que faire? Je nourris mon corps pour lui donner l’énergie dont il a besoin pour l’hiver avec des produits à la fois nourrissants et facilement digestibles.

  • J’augmente mon apport en lipides

Afin de se réchauffer, notre corps a besoin d’énergie. Les lipides constituent la première source d’énergie pour notre corps. je choisis des huiles mono ou poli-insaturés avec un point de fumée  élevé pour la cuisson ( huile d’olive vierge, sésame, avocat, tournesol).

  • Je bois des tisanes

Je prépare mes infusions avec des herbes chauffantes le matin et je pars avec mon thermos pour la journée. Je passe aux rayons herboristerie : thym, romarin, sauge, verveine citronnée, gingembre frais râpé, ou tout simplement cannelle. J’ajoute une cuillerée à café de miel pour combler mes envies de sucré. Le miel est un allié de choix pour l’hiver avec ses vertus chauffantes, énergisantes et détoxifiantes. En plus, il en existe de nombreuse variétés aux goûts très variés.

Que faut-il limiter?

  • Le cru, l’excès de fruits trop sucrés ( dattes, fruits secs, figues) ou trop aigres (canneberges, prunes, tamarin)
  • Les aliments trop refroidissant : laitages, le blé, les boissons froides
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.